Digital détox

Nous ne sommes pas égaux devant les flux d’information.
Pour certains, être connecté H24 et plongé dans le flux des emails, des tweets et des notifications Facebook …. c’est le nirvana. Alors que se retrouver 48 heures dans une zone sans réseau … c’est l’enfer.
Pour d’autre … c’est l’inverse !

Porosité vie privée / vie professionnelle

Dans son rapport « Stress au travail, un défi collectif » l’OIT dénonce l’intrusion de la vie professionnelle dans la sphère privée. Les lignes de séparation entre le travail et la vie privée sont de plus en plus difficiles à identifier, et c’est vrai dans les deux sens, car on est aussi en droit de parler de l’invasion de la vie privée dans la vie professionnelle avec la consultation régulière et fréquente des réseaux sociaux sur le lieu de travail …
Ceci-dit, une étude relevée sur Doctissimo révèle (en 2016) que les personnes qui ont accès à leur mails professionnel sur leur smartphone sont plus stressées que les autres.

Des outils conçus pour nous rendre adidcts.

Nos appareils nous appellent, ils nous réclament, nous stimulent sans cesse. Icones de notification des réseaux sociaux, rappels de rendez vous, alertes en tout genre, de quoi nous empêcher de prendre du recul et nous obliger à rester en permanence en éveil.

Poser un cadre

Quelle que soit l’entreprise pour laquelle on travail, et à fortiori si celle-ci est un groupe internationnal sur lequel « le soleil ne se couche jamais », il est fondamental de poser des règles, de fixer un cadre pour cohabiter pacifiquement avec nos smartphones et les maintenir raisonnablement dans leurs rôles d’outils.

Quelques constatations

Constatation n°1 : Plus j’envois des emails …. plus j’en reçois !
Plus vous vérifiez souvent votre boite de réception, plus vous répondez à des emails. En effet, il est très difficile de résister à la tentation de « je réponds vite, comme ça, je suis débarrassé » car il peut paraître gratifiant d’être « réactif » … Or, plus vous envoyez de mail, plus vous en recevez en retour : en moyenne 1,7 à 2 mails pour chaque mail envoyé. Donc, plus vous répondez vite à vos messages, plus le volume augmente. Et insensiblement, on fait du mail une « messagerie instantanée » ce qui n’est pas sa principale qualité.
Constatation n°2 : La concentration n’est plus ce qu’elle était !
A chaque interruption dans une tâche, nous mettons en moyenne 3 minutes à retrouver le niveau de concentration précédent l’interruption. Ainsi, si on s’interrompt 40 fois dans la journée pour traiter ses emails, on aura perdu 2 heures de concentration …
Or en 2004, la duré moyenne de concentration au travail était de 3 minutes. En 2012, elle était tombée à 1’15 seconde … Autant dire que le mot « concentration » lui-même est en train de perdre son sens …
Constatation n°3 : Que faites vous, 24 000 fois par an ?
Dans l’hypothèse ou vous consultez votre messagerie toutes les 5 minutes … vous l’aurez consultée 24000 fois cette année ! Quelle activité, si interessante soit-elle, mérite-t-elle que l’on s’y consacre 24 000 fois par an ?
Posez vous la question : Pourquoi est-ce si important pour moi ? Quel bénéfice je retire à répondre très vite ?
A quel comment je peux reprendre le contrôle ? Quelle peur du vide suis-je en train de compenser ?

Quelques conseils

Réduisez le nombre de consultations de votre boite mail à 2 à 6 fois maximum par demi/journée
Décidez vous-même de la fréquence de façon raisonnée et consciente, et n’imaginez pas que « tout le monde » s’attends à ce que vous répondiez immédiatement à vos e-mails.
Reprenez le contrôle de votre temps :
Souvenez-vous que vous devez travailler selon votre propre emploi du temps. Si ne n’est pas vous-même qui décidez de votre emploi du temps, qui laissez vous le faire à votre place ?
Supprimez les applications inutiles de votre smartphone
Pour réduire le temps passé sur Facebook, rien de plus radicale que de supprimer l’application du smartphone. Plus de 80 % de vos connexions se font par cette voie, la plupart du temps, sollicitées par une petite pastille rouge…
Supprimer les alertes. Toutes !
Si il vous semble trop difficile (ou trop archaïque) de supprimer l’application et si malgré tout, vous ne voulez pas vivre avec « les doigts dans la prise » supprimez les alertes ! Souvenez vous qu’elles ont été conçues pour vous rendre addict à l’application qui vous les envoie …
Faites des pauses !
Au volant, toutes les 2 heures, une pose s’impose nous disent les panneaux d’autoroute. Et si vous faisiez de même au bureau. Les fumeurs le font bien ! Allez hop, toutes les 1:30, passez 5 ou 10 minutes loin de vos écrans (et n’emportez pas votre Smartphone sinon, ça ne compte pas). Faites quelques pas, prenez un verre d’eau ou une boisson chaude. Vos idées s’éclaireront, et vos priorités se réorganiseront.
Profitez des temps d’attente pour rêvasser !
Les neuros-scientifiques le disent. Notre cerveau a besoin de temps d’intégration, de temps « à rêvasser » pour mieux intégrer les informations et les apprentissages. Dans la file d’attente du bus, à la pose de la formation, avant le début de la réunion … rêvassez plutôt que de parcourir vos mails ou votre fil Facebook …
Utilisez votre cerveau pour penser, décider, imaginer, envisager, rêver, vous souvenir, prévoir, créer …
Vos neurones vous remercieront !
Ne faites qu’une seule chose à la fois.
Il est faut de croire que l’on peut faire deux choses en même temps (et notamment quand ces deux choses utilisent en même temps le même canal cérébral comme celui du langage par exemple).
Accordez-vous donc une 1/2 heure complète, voir pourquoi pas 1 h (soyons fous !) pour rédiger votre rapport ou travailler sur votre prochain power point !
Et sinon … Suivez nos stages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *